Springer_Luce_couvLes Funérailles de Luce

Benoît SPRINGER

________

O de notre bonheur, toi, le fatal emblème

Stéphane Mallarmé

.

Une petite fille, Luce, passe quelques jours de vacances chez son grand-père. C'est le temps des découvertes, et  des premières peurs réfléchies.

Quelle est cette fosse obscure dans l'inquiétante pénombre du garage qu'il faut pourtant traverser avant de goûter la pleine lumière du jardin?

Pourquoi ces charmants poussins duveteux sont-ils voués à finir dans une assiette?

Quelles sont ces ombres étranges qui fendent la foule des passants et que personne d'autre que Luce ne semble voir?

Sans faire de bruit, l'idée de la mort pénètre dans la vie de la petite fille, et bientôt la mort elle-même...

En douceur, insidieuse, elle passe et emporte les êtres chers. Elle révolte Luce comme elle gêne les adultes qui n'osent trop en parler. Quest-ce qu'elle emporte?

Springer_Luce_002

Tout... et rien à la fois si notre âme n'est que cette dérisoire cocotte en papier que la mort range dans une boîte à biscuits.

Tout... et rien à la fois si elle emporte ceux que la vie avait déjà confinés dans la solitude et l'ennui, entre un chat, l'absence du fils, et un jeu à la télévision.

Rien... et tout à la fois quand elle surgit au coeur d'une embellie amoureuse, peut-être d'un bonheur retrouvé.

Springer_Luce_008

Luce est encore bien égoïste dans sa révolte et son chagrin d'enfant. Choisira-t-elle bientôt comme beaucoup d'adultes de faire comme si le scandale de la mort n'existait pas, comme si le silence était un abri sûr? Ou bien affrontera-t-elle au prix de l'angoisse le non-sens de cette vie biologique où l'esprit ne se reconnaît pas?

Peut-être un jour se délectera-t-elle de ces vers de Mallarmé (Toast funèbre):

Springer_Luce_007

"Magnifique, total et solitaire, tel

Tremble de s'exhaler le faux orgueil des hommes.

Cette foule hagarde! Elle annonce: Nous sommes

La triste opacité de nos spectres futurs."

Ou encore:

Springer_Luce_006

"Surgisse, de l'allée ornement tributaire,

Le sépulcre solide où gît tout ce qui nuit,

Et l'avare silence et la massive nuit."

Mais alors, est-ce un album sinistre? Pas le moins du monde: tout y est subtil, délicat, touchant.

Dans de très belles planches intelligemment construites autour d'un regard, d'un sourire, d'une poignée de porte ou d'une gamelle de chat, Springer montre les choses simples qui font notre vie et qu'il nous appartient de tirer de la routine et de l'ennui pour en faire mille occasions de joie.

Vous pouvez en savoir plus sur Springer en visitant son site: http://pagesperso-orange.fr/homepage.springer/

L'auteur sera en dédicace à la librairie La Réserve à Bulles à Marseille ce mercredi 25 novembre à 18 heures dans le cadre du prix des lycéens et apprentis de la région PACA pour une rencontre animée par l'excellent Boris Henry, suivie d'une séance de dédicace. http://www.reserveabulles.com/librairie/